Musique aidante

Ah, le bonheur… mais qu’est-ce que c’est exactement ? Nous avons interrogé plusieurs personnes rencontrées par hasard et avons reçu les réponses les plus variées.

Pour la plupart des jeunes que nous avons interrogés, le bonheur se trouve principalement dans le fait d’être avec des amis et de s’amuser. Pour les adultes, c’est une autre histoire, car ils mûrissent et trouvent leur bonheur dans le bien-être de leur famille.

Un thème commun à tous les groupes d’âge a été relevé : l’accessibilité financière.
Nous nous sommes ensuite posé une autre question : l’argent vous rend-il heureux ?

Beaucoup avouent être malheureux à cause de leur manque de ressources financières ; ils ne se sentent pas épanouis et regrettent leur scolarité, qui les a conduits à avoir un emploi qui ne les satisfait pas suffisamment. C’est pourquoi ils sont contraints de renoncer à certains désirs, comme l’achat d’une maison, d’une belle voiture ou du nouveau modèle de téléphone portable. Pour en savoir plus, nous avons décidé d’interviewer un professeur de philosophie.

“Le bonheur doit être compris, à mon avis, comme le fait d’avoir une bonne relation avec le monde, c’est-à-dire d’être en harmonie avec ce qui nous entoure. Et c’est une vision de voyance ! C’est pourquoi le bonheur diffère de la béatitude, comme le pensaient également les philosophes de l’Antiquité, car la béatitude est un état d’esprit particulier qui se soustrait au rapport avec le monde, contrairement au bonheur qui ne se soustrait jamais au rapport avec le monde, en en faisant partie. Or, cette façon de comprendre le bonheur peut paraître particulière ou inhabituelle, puisque, dans la façon commune de le ressentir, nous l’associons souvent à des situations et des épisodes particuliers, comme l’attente d’un événement désiré, tel qu’une fête, un concert, l’arrivée de la personne dont nous sommes amoureux, etc. ; à tel point que nous indiquons ces moments par une série de métaphores, comme toucher le ciel d’un doigt ou être en état de grâce.
Mais en le définissant ainsi, nous lions le bonheur à un état d’esprit, une condition, une particularité liée à une courte période de temps. Nous la réduisons, en d’autres termes, à un seul moment, souvent bref et fugace. Il est donc légitime de se poser une question : peut-on parler du bonheur comme d’un état qui peut caractériser une période plus longue de notre vie ? Je le crois, mais à condition de ne le considérer, comme nous l’avons dit, que comme une conséquence de notre être harmonieux dans le monde, qui est notre bien “suprême”. En d’autres termes, seulement si nous le lions, comme les Grecs l’ont fait, au concept de bien (eudaimonia). L’une des conséquences est sans doute le fait que, telle qu’elle est définie, nous la rapportons uniquement à l’individu et non à l’environnement extérieur. Seul l’individu est en mesure d’organiser son propre bonheur à travers une conduite de vie adéquate, une série de comportements qui sont en mesure de le déterminer, comme, par exemple, apprendre à se suffire à soi-même, s’améliorer au fil des jours sans tomber dans le piège de l’habitude, faire prévaloir le doute dans toute situation donnée. Enfin, en ce qui concerne l’argent, il faut dire qu’il nous aide peut-être à mieux vivre, mais il ne nous rend certainement pas heureux. L’argent satisfait nos besoins, mais un besoin, une fois satisfait, en engendre un autre. Alors nous courons frénétiquement après les besoins. Nous achetons le dernier modèle de téléphone portable, mais après quelques jours, un nouveau modèle sort et le besoin de l’acheter se fait immédiatement sentir.
Le problème n’est donc pas l’argent ou le fait de gagner plus, mais d’intervenir sur notre idée du besoin ; cela n’est possible que si nous nous améliorons et essayons, de plus en plus, de nous suffire à nous-mêmes”.

Ici, le bonheur est simplement lié à la “croissance personnelle” et au fait que nous sommes “en harmonie avec les choses du monde”. Alors oublions les affaires, et occupons-nous du bonheur. Le seul vrai business.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code