Gare à l’angoisse

En plus des divers déséquilibres politiques et économiques, la pandémie a provoqué un autre phénomène qui a affecté négativement la vie des étudiants et des jeunes en général, à savoir le phénomène de l’anxiété.

En effet, selon diverses enquêtes, on constate une augmentation du nombre de cas de troubles anxieux chez les jeunes de 14 à 25 ans. Mais pourquoi tout cela ? Il semble que les diverses fermetures et restrictions aient eu un effet négatif sur la santé mentale des nouvelles générations. La fermeture des lieux de socialisation (bars, cinémas, gymnases, théâtres, etc.) et la rigidité des réglementations concernant les limites des rassemblements et des rencontres sociales ont provoqué une démoralisation, une peur de quitter son propre domicile et une difficulté à se socialiser, même lorsque les conditions sont réunies, comme dans le cas d’une région qui est passée de la zone orange à la zone jaune en raison d’une diminution des cas. De plus en plus de personnes, surtout les plus jeunes, se sentent seules, perdues, sans point de repère ; en outre, si l’on tient compte de la peur de contracter le virus et surtout de le transmettre à des proches dont l’état de santé est précaire (pensez, par exemple, à ceux qui vivent avec leurs grands-parents), on comprend encore mieux comment l’anxiété affecte de plus en plus la vie des gens et entraîne une grave détresse psychologique.

Les statistiques concernant les cas de malaise et de suicide en augmentation continue au cours de la dernière période font frémir. Nous sommes passés de 7 cas de tentatives de suicide en 2005 à 35 pour la seule année 2020. Dans l’une de nos enquêtes, 37 % des jeunes ont déclaré souffrir d’anxiété et de solitude, 77 % se sont dits méfiants à l’égard de la politique italienne et de leur propre avenir, et 18 % ont admis avoir consommé de la fumée, de l’alcool et des drogues pour “échapper à cette situation”.

Mais quels pourraient être, au final, les outils pour lutter contre ce phénomène ? Tout d’abord, comme nous l’avons déjà mentionné, une conversation avec un psychothérapeute pour tenter de rétablir l’équilibre de son esprit, mais aussi la réalisation d’activités qui stimulent la concentration et l’apprentissage, comme la lecture, la pratique d’un instrument, d’un sport, etc. Mais le plus important est de ne pas abandonner les amitiés ; bien qu’un simple appel vidéo ne puisse remplacer une rencontre physique, il est tout de même nécessaire d’utiliser ces ressources pour rester en contact avec les personnes que nous considérons comme fondamentales dans notre vie. Enfin, il convient de rappeler que la participation à des groupes d’étudiants par le biais de plateformes en ligne peut également être stimulante pour les étudiants qui souhaitent entrer en contact avec de nouvelles personnes et s’informer sur des questions qui les touchent personnellement, comme les droits et la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code